• Offer de bienvenue
  • Jusqu'à 30% de comprime
  • Pour chaque commande
Service Clientèle Service Clientèle
Lundi Vendredi 09:00 - 17:00 Service la France: Appels Internationaux:

Le vaginisme, qu’est-ce que c’est ? Définition, solution, traitement

Encore très méconnu, le vaginisme est un trouble d’ordre sexuel touchant un grand nombre de femmes. Souvent associé à la phobie de l’acte sexuel, il se caractérise par une contraction automatique des muscles du plancher pelvien qui empêche l’introduction d’un corps étranger à l’intérieur du sexe féminin, ou la rend particulièrement douloureuse. Alors qu’il existe aujourd’hui de nombreuses solutions pour soigner ce dysfonctionnement, trop de personnes atteintes attendent des années avant d’en parler et de consulter, par peur et par honte. 

Qu’est-ce que le vaginisme ?

Selon certaines études, le vaginisme est processus psychophysiologique complexe qui toucherait entre 6 et 17% des femmes. Il n’affecte donc en aucun cas les organes génitaux qui sont exempts de toute pathologie. Néanmoins, à chaque expérimentation de l’acte sexuel, l’orifice vaginal se ferme à cause d’un spasme incontrôlé des muscles péri-vaginaux. Par analogie, le sexe se contracte comme la paupière des yeux qui s’abaisse face à un danger extérieur. Mais c’est un mécanisme purement involontaire, une sorte de réflexe instinctif sur lequel la femme n’a aucune emprise.

Dans certains cas, le seul fait d’anticiper une pénétration peut engendrer ce phénomène. Et même si la contracture musculaire est généralement indolore, la tentative de pénétration a tendance à s’avérer extrêmement pénible. Cette douleur est bien réelle, elle n’a rien de psychosomatique. Cela peut donc être très dur à gérer au sein d’un couple car quand une femme souffre de vaginisme, son sexe reste impénétrable malgré toute la douceur, la tendresse ou la bienveillance de son compagnon. Ce phénomène peut relever d’un rejet complet de la sexualité, voire d’une frigidité. Cependant, la plupart du temps, il n’exclut une pratique sexuelle épanouie liée à la stimulation du clitoris et des lèvres vaginales. Le blocage est alors uniquement concentré sur la zone du vagin.

Les médecins distinguent deux types de vaginisme, en corrélation avec la période pendant laquelle ce trouble apparaît.

Vaginisme primaire : définition

On parle de vaginisme primaire lorsque la femme n’a jamais connu de pénétration non douloureuse. Le phénomène existe depuis les prémices de la vie sexuelle. C’est la forme la plus répandue de cette affectation. 

Vaginisme secondaire : explication 

Le vaginisme est secondaire s’il arrive après une vie sexuelle « normale », du moins sans problème de pénétration. Il est possible qu’il se manifester vers la quarantaine ou la cinquantaine chez des femmes qui avaient des relations sexuelles épanouies. Avec l’âge, la déperdition des hormones, le vagin peut se resserrer, devenir plus sec et moins réactif. Il peut aussi advenir à la suite d’un traumatisme douloureux et nécessite alors un accompagnement psychologique.

Article connexe: Viagra pour Femme Lovegra – Disponible à petit prix et sans ordonnance!

Si vous pensez être affectée par cette condition, n’hésitez pas à consulter un professionnel compétent qui pourra vous aider à vous détendre et retrouver la confiance nécessaire.

Solution et traitement pour soigner le vaginisme

Beaucoup de femmes atteintes par cette affectation pensent que leur problème ne se guérit pas. C’est pourtant faux ! Aujourd’hui, il existe de nombreuses approches modernes qui ont déjà démontré leur efficacité. Cela nécessite en revanche de suivre une sexothérapie, il est donc préférable de prendre rendez-vous avec un gynécologue ou un sexologue. 

En général, le traitement commence par une rééducation psychocorporelle. A base d’exercices guidés de relaxation, d’hypnose, de respiration… cette technique consiste à faire prendre conscience à la personne de son anatomie, à lui apprendre à mieux maîtriser ses muscles intimes pour qu’elle puisse reprendre le contrôle sur son corps. Puis petit à petit, on passe à l’expérimentation de la réduction des épisodes douloureux en envisageant des exercices de dilatation vaginale. Le but final est de détendre le système musculaire qui bloque l’entrée du vagin pour lui faire accepter la pénétration de manière indolore. 

Mais un travail plus en profondeur sur le plan psychologique peut aussi permettre de remonter à la source du problème :

  • Il peut survenir après des épisodes de pénétrations douloureux qui ont provoqué chez le sujet la peur d’avoir mal à nouveau, que cette angoisse soit consciente ou inconsciente.
  • Il peut provenir de traumatismes subis dans le passé (abus sexuel, examens médicaux intrusifs…)
  • Il peut dépendre d’une projection stressante de la sexualité dans l’imaginaire de la femme.
  • Il peut aussi être la conséquence d’une éducation stricte et rigide à propos des rapports sexuels.        


Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous accordez leur utilisation.

Compris !